Le lambeau (2)

Le coup de de Michèle

Le lambeau

Philippe Lançon

Gallimard - 2018

R LAN

 

Ce livre n’a certes pas besoin de mon commentaire pour être mis en avant puisqu’il a obtenu le prix Fémina en novembre dernier. La quatrième de couverture nous donne les définitions du mot lambeau, sans nous renseigner sur le contenu de l’ouvrage. On se doute bien que ce ne sera pas une bluette. En effet Philippe Lançon faisait partie de la rédaction de Charlie Hebdo et il était présent lors de l’attentat qui a eu lieu le 7 janvier 2015 dans les locaux du journal. Son récit commence la veille du jour tragique. Il vient d’apprendre qu’il a obtenu une chaire de littérature française à Princeton, ce qui l’arrange puisque son amoureuse Gabriela habite New York. Il va voir en compagnie d’une amie La nuit des rois de Shakespeare, il nous décrit cette amie, ses relations avec elle, ce qu’il pense de la pièce, l’ordinaire de sa vie d’écrivain et de critique puisqu’il écrit aussi des articles pour le journal Libération. Le lendemain il se rend en vélo à la conférence de rédaction de Charlie et discute avec ses collègues et amis du dernier livre de Houellebecq, Soumission. Ensemble ils mangent du cake acheté pour l’anniversaire de Luz. Il montre à Cabu un livre sur le Jazz et puis en quelques minutes tout bascule. Des bruits dans le couloir, le garde du corps de Charb qui sort son arme, des corps qui tombent, du sang, de la cervelle, deux jambes noires, c’est tout ce qu’il voit du tueur. Il ne sait pas encore qu’ils sont deux. Stupeur, silence. Puis Coco, la dessinatrice apparaît, il lui tend son portable, elle prévient son frère. Et puis les secours, il est emporté sur un fauteuil par-dessus les corps. Ensuite c’est l’hôpital de la Salpêtrière, sous bonne garde puisque deux policiers sont affectés devant sa porte en permanence. Il a pris une balle en plein visage. C’est une gueule cassée. Vont s’ensuivre de longs mois d’opérations, de soins, de reconstruction, d’essais de greffes, d’échecs. On lui coupe le péroné pour refaire un menton. Après la Salpêtrière et un nombre effarant d’opérations il est transféré aux Invalides. Il a droit à quelques sorties puis ce sera le retour dans son appartement, refait, modifié : il n’est plus le même. Il rejoindra Gabriela. Il a été invité pour une conférence à Princeton avec l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa. Le soir du 13 novembre, il est à New York.

Mais Philippe Lançon ne nous décrit pas seulement tout ce qu’il vit et subit. Il nous raconte avec pudeur et souvent avec humour sa vie à l’hôpital, ses relations avec « sa » chirurgienne, les infirmières, les aides-soignantes, son frère, ses parents et sa fiancée qui vient de New-York, ses amis. Ses conversations par l’intermédiaire d’une ardoise quand il ne peut pas parler. La musique qu’il écoute (Bach), les livres qu’il lit et qui le soutiennent (Proust et Kafka). Il continue à penser et à écrire, il ne se contente pas de survivre, il veut vivre, malgré les souffrances et les difficultés. « ...le premier principe de civilisation reste pour moi « Tu ne tueras point ». Rien n’en excuse la transgression dont j’ai vu et subi le résultat. Je n’ai aucune colère contre les frères K, je sais qu’ils sont les produits de ce monde, mai je ne peux simplement pas les expliquer. Tout homme qui tue est résumé par son acte et par les morts qui restent étendus autour de moi. Mon expérience, sur ce point, déborde ma pensée. » Un livre magnifique, sincère, émouvant et pudique, dans une langue claire et délicate.

 

 

 

Calendrier

Mai 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31