Vous êtes ici : AccueilRendez-vous lectureRendez-vous 2017-2018FictionLeurs enfants après eux

Le patrimoine numérisé de la médiathèque

Leurs enfants après eux

Le coup de de Gerlinde

Leurs enfants après eux

Nicolas Mathieu

Actes sud – 2018

R MAT

 

                

Heillange, petite ville de Lorraine, cité sidérurgique avec ses hauts fourneaux hors d’usage, ville « ravagée par la rouille et le chômage », la vie morne qui coule sans surprises et sans promesses - le décor est planté. Les adultes ressassent à l’infini leurs histoires du bon vieux temps et leurs frustrations du présent qu’ils noient dans l’alcool. Mais il y a la jeunesse qui n’a que faire de ces « vieux » qui parlent d’un temps qu’eux n’ont pas connu. Il y a Anthony, à l’histoire familiale compliquée, Hacine d’origine marocaine qui se rêve en caïd, il y a Clem, et Stéphanie, fille de notables, intriguée et attirée par Anthony. Ils ont 14 ans et la fougue de la jeunesse. Nous suivons leurs destins pendant quatre étés, 1992, 1994, 1996, 1998. Pendant ces années entre la fin de l’enfance et l’âge adulte, tout se joue. Malgré la platitude des étés ces adolescents se projettent dans un avenir prometteur : aller au Luxembourg tout proche, avec ses salaires mirobolants. Et des romances se nouent, ils s’obstinent à aimer, même maladroitement, avec les premiers émois sexuels, les premiers chagrins d’amour. Ils cognent pour abattre les codes établis et ont la rage de vouloir fuir un futur déterminé d’avance. Et tant pis si à chaque fois les ailes de leurs ambitions sont rabattues. Six ans plus tard, ils ont 20 ans. On les retrouve désabusés, leur adolescence a été « un brouillon, une suite de faux départs ». Ils sont pris au piège des petits boulots, des mensualités à rembourser et à faire du sur-place. Sauf Stéphanie dont les parents ont réussi à la ramener au bercail et à des écoles prestigieuses qui la mettront à l’abri du besoin et de toutes les velléités des hommes du coin.

La trame de ce roman est assez sombre. Mais il est porté par une énergie de vie formidable des adolescents. La langue est alors joyeuse, caustique et même crue. Il y a les trouées de bonheur fugace, comme l’extase commune devant la finale d’une coupe du monde ou cette illusion d’unité et de fraternité un soir de 14 juillet.

Nicolas Mathieu nous offre avec ce roman une fine analyse sociale sous la forme d’un roman hyperréaliste. Il a obtenu pour ce roman le Prix Goncourt 2018.