Vous êtes ici : AccueilRendez-vous lectureRendez-vous 2017-2018FictionLa disparition de Josef Mengele

Le patrimoine numérisé de la médiathèque

La disparition de Josef Mengele

Le coup de de Ghislaine

La disparition de Josef Mengele

Olivier Guez

Grasset – 2017

R GUE

 

 

Difficile de présenter le livre d’Olivier Guez déjà couronné par le jury du prix Renaudot et loué par la critique! Un roman qui pourrait s’intituler Les Tribulations du docteur Josef Mengele en Amérique du Sud si l’on avait envie de plaisanter...

 

Mengele, scientifique émérite, a exercé ses talents au camp d’Auschwitz sur des cobayes humains notamment les jumeaux et les handicapés, dans le seul but de purifier la race germanique. Le rappel discret de certains détails --- collection d’yeux bleus, massacres de nouveaux- nés, expériences sur les boiteux --- nous horrifie.

 

Depuis 1945, il fuit. Tout d’abord, il se terre sous une fausse identité dans une ferme de Bavière. Puis en 1949, grâce à sa fortune, il gagne l’Argentine sous le nom d’Helmut Gregor. Le dictateur Perón et son épouse Eva accueillent alors à bras ouverts la fine fleur du nazisme, non seulement de l’Allemagne mais de l’Europe entière. Tous tortionnaires et responsables de milliers de morts. Mais certains rescapés des camps et des hommes épris de justice s’acharnent à retrouver les bourreaux. Commence pour Mengele une nouvelle traque, entrecoupée d’accalmies notamment après l’arrêt des poursuites judiciaires initiées par l’Allemagne d’Adenauer, soudain frappée d’amnésie. En 1959, souffle un vent de panique chez les criminels de guerre réfugiés après la capture par le Mossad, d’Adolf Eichmann. Mengele qui avait enfin réussi à reconstruire sa vie à Buenos-Aires doit se réfugier au Paraguay. Va-t-il y trouver la paix ou devra-t-il affronter la justice des hommes?

 

La richesse du livre vient du double regard porté sur un individu intelligent et cultivé, incapable de renoncer à son idéologie, dépourvu de remords et sur la Real Politik de l’Europe d’après-guerre.

 

Le style a la concision des rapports officiels et simule l’objectivité. On pénètre dans la conscience d’un vieil homme aux abois, malade, abandonné, pour lequel nous n’arrivons pas à ressentir une once de pitié ni la moindre empathie. Le rythme est haletant. Un vrai coup de cœur!